Recherche

Aux Etats-Unis, le Centre de Contrôle des maladies (CDC) a conclu après analyses du sang des personnes qui s’étaient plaintes d’allergies, que le maïs Starlink n’en était pas la cause. Masaharu Kawata (Université de Nagoya) dénonce le protocole utilisé pour ces analyses. Il critique l’échantillon témoin (où le sang était congelé depuis 1996), ainsi que la nature de la protéine Cry9C utilisée comme allergène témoin (car purifiée à partir d’un dérivé d’E. Coli, et non à partir du maïs Starlink). Il conclut donc que les tests menés par le CDC et l’EPA ne peuvent en aucun cas prouver que le maïs Starlink est non allergène.