Inf'OGM Economie & Consommation

Fusions : Novartis et AstraZeneca ont annoncé la fusion de leurs activités agriculture dans une nouvelle entreprise : Syngenta. Cette nouvelle entreprise deviendrait le numéro 1 de la protection des plantes et le numéro 3 des semences. Cette création devrait permettre des " économies de coûts nets " de 525 millions de dollars par an. La direction d’AstraZeneca avait déjà annoncé la suppression d’environ 3000 emplois en trois ans.

— - Communiqué de presse de Novartis, 2 décembre 1999,
altern.org/infogm/bull4/cp_novartis_121299.html
*****
Communication : L’hostilité croissante des opinions publiques vis-à-vis des OGM est telle que les principales entreprises de biotechnologie deviennent plus offensives et s’allient pour financer des campagnes de communication et organiser des fora d’information destinés à démontrer les bénéfices de cette technologie. Elles multiplient les rencontres avec les représentants des consommateurs et les associations de protection de l’environnement. Les associations du secteur agro-alimentaire participent aussi à cet effort de communication à l’instar des Grocery Manufacturers of America ou des Food Industry Trade Groups et ont ouvert un site d’information : betterfoods.org.

— - New York Times, 12 novembre 1999
*****
Recul des plantations transgéniques : Au Canada, la demande en semences de colza a été plus faible cette année que l’année dernière. En 1999, 60% du colza cultivé dans l’ouest du Canada était transgénique. Mais Terry Scott, de Brett Young Seeds’ LiBred Canola Division, estime que ce chiffre risque de diminuer le printemps prochain, peut-être même de 50%. Du côté des Etats-Unis, même son de cloche. Au moment où les agriculteurs achètent leurs semences, on constate un déclin des achats de semences transgéniques, après trois ans de forte progression. Shonsey, président de la branche semencière de Novartis, a déclaré : "Nous serons contents si nous parvenons à nous maintenir". Wichmann, directeur de Dupont prévoit également "quelques baisses" dans les ventes.
--- Agnet, 11 novembre 1999 et AgBio news, 19 novembre 1999
****
Les Eglises partagées : Les experts du Vatican ont exprimé un "oui prudent" au génie génétique, mais ont réaffirmé leurs objections sur le clonage humain et les manipulations de gènes humains. Les membres de l’Académie Pontificale pour la Vie ont présenté le résultat de deux années de discussion et d’étude. "Nous sommes de plus en plus persuadés que les avantages liés aux biotechnologies animales et végétales sont plus importants que les risques. Nous ne pouvons être d’accord avec la position de certains groupes qui disent que de toucher le patrimoine génétique des animaux ou des plantes est contraire à la volonté de Dieu" a déclaré l’Evèque Elio Sgreccia.

En Grande Bretagne, le Central Science Laboratory, principal organe de recherche lié au Ministère de l’Agriculture, avait demandé d’utiliser 61 500 hectares appartenant à l’Eglise britannique pour faire des expérimentations en champs d’OGM. Cependant, fin novembre, le Groupe de travail en recherche éthique a jugé cette requête inacceptable. Et normalement, l’organe décisionnel de l’Eglise devrait ratifier ces conclusions au début de l’année 2000.
Cette décision met en évidence les problèmes du gouvernement pour trouver des terres pour accueillir ces essais. Enfin, il est clair que les Commissaires ecclésiastiques n’ont pas de pouvoir légal pour empêcher leurs locataires de cultiver des OGM et peuvent seulement introduire cette interdiction dans les prochains baux. Dans les faits, les locataires vont sans doute respecter la position de l’Eglise. Actuellement, aucune terre agricole de l’Eglise n’est cultivée en OGM.

— - AgBio news, 9 novembre 1999 et Sunday Telegraph, 5 décembre 1999,
http://www.church-of-england.org/vi...

Il y a 18 mois, Iceland, une des principales chaînes alimentaires britanniques, a été le premier à retirer les ingrédients génétiquement modifiés de ses propres produits [1]. La viande et autres produits issus d’animaux élevés avec des OGM vont bientôt, à leur tour, être bannis. Quelques jours après cette annonce, près de 760 magasins ont liquidé leur stock d’œufs. M. Walker, le PDG d’Iceland, a déclaré que "le système alimentaire britannique n’est pas plus mauvais qu’un autre, mais nous y avons ajouté des choses dont nous n’avions pas besoin".

La firme McCain, qui fournit, entre autres, Mac Donald, ne commercialisera plus de pommes de terre transgéniques [2]