Economie & Consommation

Une compagnie d’assurance a adressé à ses clients un courrier intitulé “Responsabilité de l’Entreprise”, par lequel elle exclut d’office tous les dommages ou pertes s’ils sont liés de quelque manière que ce soit à l’utilisation d’OGM. Ce discours avait déjà été officialisé par les assureurs britanniques vis-à-vis des agriculteurs et par les réassureurs, puissants groupes financiers qui couvrent en seconde ligne les compagnies.

Le 9 février, un bateau nord-américain transportant un don humanitaire composé de 4 000 tonnes de maïs et 4 000 tonnes de farine de soja GM est arrivé dans le port de Durrës. Trois mois auparavant, 6000 tonnes d’OGM en provenance des Etats-Unis avaient été données dans le cadre du programme “Nourriture pour le progrès”, dirigé par l’International Fertilizer Development Center (IFDC).

Commandé par 60 Millions de consommateurs et l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture, un sondage, réalisé par Harris Medical International et publié le 24 février1, montre que les Français souhaitent une production agricole plus respectueuse de l’environnement. 53% des sondés attribue la baisse de la qualité aux industriels et non aux agriculteurs. Quant aux OGM, 80% des sondés répondent “non” à leur culture (13% sont favorables). Par ailleurs, un sondage de l’institut BVA pour le Syndicat national de la presse agricole et rurale révèle que 66% des agriculteurs ne sont pas prêts à planter des OGM, du fait de l’incertitude sur les risques et de l’absence d’utilité prouvée des OGM (2).

Acequal, association d’éleveurs en Alsace Lorraine, propose désormais du BFE (Broutards Français d’Exportation Interbev) pour les grandes et moyennes surfaces (GMS) Italiennes et des broutards alimentés sans “OGM à 99%”, pour Coop Italia. Celle-ci souhaiterait pouvoir garantir une absence à 100% d’OGM en 2005. Coop Italia souligne que, chaque fois qu’ils ont passé un rayon en non OGM, les ventes ont augmenté de + 5 à + 30%.

Depuis le 29 janvier 2004, une bière produite par Kenth Persson est le premier produit suédois commercialisé mentionnant la présence d’un ingrédient génétiquement modifié, à savoir du maïs Bt, que Persson a ajouté à sa recette ancestrale. A l’automne 2003, un sondage de la SIFO révélait que 53% des consommateurs suédois étaient prêts à acheter des produits génétiquement modifiés.

27 produits québécois de consommation courante ont été testés par le laboratoire français Atlangène Application. Plus du tiers des produits (37%) contenait des OGM. Des traces importantes (5%) ont été détectés dans deux produits (un gâteau au chocolat et un mélange à crêpes) et une quantité moindre (entre 0,9 et 1,2%) dans quatre aliments, dont des céréales et un produit pour bébés, le Pablum au soja (Heinz). Ce résultat trancherait avec le discours de Santé Canada qui affirme que 70% des produits disponibles dans les épiceries contiennent des OGM. Pour Greenpeace, les dix échantillons testés positifs sur les 27 “sont en fait la pointe de l’iceberg [...]. C’est moins qu’on pourrait le croire. Mais la mesure a été faite à la fin de la chaîne, et ça veut dire qu’il y en a beaucoup en amont, dans les champs”. D’où l’intérêt de tester les matières premières plutôt que les produits finis pour savoir s’ils proviennent du génie génétique.

Mark Partridge et Denis Murphy, chercheurs en biotechnologie à l’Université de Glamorgan à Pontypridd (Pays de Galles), révèlent dans une étude à paraître1 que du soja transgénique a été découvert dans 10 des 25 produits certifiés “sans OGM” ou “bio” - dont un par la Soil Association, réputée pour être la plus rigoureuse des 16 associations britanniques habilitées. Le taux de contamination est supérieur à 0,1%. Une “saucisse végétarienne” en contenait jusqu’à 0,7%. La Soil Association reconnaissait, avant cette étude, qu’elle avait fixé la limite mesurable d’OGM dans un produit à 0,1%. Le soja est présent dans environ 60% des aliments vendus dans un supermarché occidental, sans parler de la nourriture pour animaux. Or, presque tout le soja disponible en Grande-Bretagne provient des Etats-Unis et de l’Argentine, où le soja est majoritairement transgénique.