Recherchez une information

ou par mot clé.


Inf'OGM Consommation et économie

Inf'OGM le journal est un bimestriel de 32 pages qui vous informe sur l'actualité des OGM et des semences de façon critique et contextualisée.

Soutenez une information indépendante, abonnez-vous.

Partie Consommation et Economie

Faim dans le monde : un rapport de la FAO explique que l’on n’a pas besoin des OGM pour nourrir la planète. La faim dans le monde reste un problème, mais elle est due presque exclusivement à la pauvreté et à la non solvabilité des populations et non à un manque de production. Par exemple, aux Etats Unis, 36 millions de personnes souffrent de la faim alors que le pays est exportateur d’aliments. Et un tiers de la population mondiale qui souffre de la faim se trouve en Inde dont l’excédent en 1999 était de 10 millions de tonnes de céréales.
http://www.fao.org/es/ESD/at2015/toc-e.htm
http://biotech-info.net/Biotechnology_not_answer.html
*****

BASF va investir 700 millions d’euros, en dix ans, dans un laboratoire de recherche sur le génome, exploité par sa filiale Metanomics Gmbh Co.
http://Echonet.be, 30 septembre 2000
*****

Lors de sa dernière assemblée générale, le groupement d’achat des établissements scolaires du Haut-Rhin (soit 62
établissements servant 30 000 repas
par jour) a décidé d’ajouter une clause à son cahier des charges : à partir du 1 er janvier 2001, ses fournisseurs devront garantir l’absence d’OGM pour les produits soumis à étiquetage.
DNA, 30 septembre 2000

Ecosse : La plupart des autorités locales (25 sur 32 d’après Friends of the Earth) ont déclaré avoir banni l’utilisation des OGM dans les écoles. Edimbourgh, West Lothian, Angus et Shetland ont même signé un appel pour que le gouvernement mette en place un moratoire de 5 ans sur les cultures transgéniques.
BBC, 30 juillet 2000

Frito-Lay avait déjà arrêté d’utiliser du maïs et des pommes de terre transgéniques. Il cherche désormais des fournisseurs d’huile de colza non transgénique.
Cropchoice News, 9 août 2000

Bourbon, fabricant japonais de biscuit, a décidé de ne plus utiliser d’édulcorant à base de maïs transgénique et de le remplacer par des dérivés de pomme de terre du marché japonais où les variétés transgéniques ne sont pas autorisées à la vente.
Reuters, 9 juin 2000

Les grandes chaînes de supermarchés britanniques ont déclaré ne plus vouloir de produits (viandes, oeufs, produits laitiers) en provenance d’animaux nourris avec du fourrage contenant des OGM. 
Independent on Sunday, 24 septembre 2000

Sondage : 66 % des Allemands sont hostiles aux OGM * . 58 % des sondés pourraient changer d’avis si la preuve était faite de la sécurité des OGM pour la santé et pour l’environnement. Ce manque d’enthousiasme s’explique par un déficit d’informations et par la méfiance envers les différents acteurs du dossier. 67 % des Britanniques ** sont opposés aux OGM en alimentation animale et 55 % déclarent qu’ils ne veulent pas consommer des produits d’élevage si les animaux sont nourris avec des OGM. *Sondage réalisé par l’Institut EMNID, auprès de 1207 personnes
entre le 25 août et le 2 septembre ** sondage réalisé par Greenpeace, auprès de 1001 personnes entre le 1er et le 3 septembre dernier.
htt ://www.agrisalon.com, 26 et 28 septembre 2000

Canada : Des fabricants de produits naturels ont décidé d’apposer une étiquette "sans OGM". Ils avaient reçu l’approbation de l’Agence Canadienne d’Inspection des Aliments (ACIA), mais les supermarchés ont demandé de retirer ou de masquer cette mention. En effet, les membres du Conseil Canadien des Distributeurs en Alimentation (CCDA) ne veulent pas d’étiquetage "avec" ou "sans OGM" : "Au Canada, on n’a pas d’information sur les OGM. Cela renvoyait un mauvais message aux consommateurs et [...] amenait plus de questions que de réponses", explique Sylvie Cloutier, du CCDA.
le Devoir, 18 août 2000

Contaminations de produits alimentaires
Etats-Unis : Le collectif Genetically Engineered Food Alert a détecté du maïs OGM, Starlink, interdit à la consommation humaine dans des "tuiles"nommées Taco Bell Home Original. Le maïs Starlink produit une protéine, Cry9C, peu digestible par l’estomac humain, d’où les risques potentiels d’allergies. Kraft Food a décidé, le 22 septembre, de rappeler des millions de galettes des magasins. Autre conséquence, le département américain à l’Agriculture (USDA) et l’Agence de protection de l’environnement (EPA) ont décidé de racheter la totalité de la récolte de maïs Starlink créé par Aventis (coût estimé 70 millions de $), qui devra “rembourser ultérieurement”. La surface cultivée avec ce maïs est estimée à 130.000 hectares. Dan Glickman, Ministre de l’Agriculture, a déclaré le 25 septembre que le gouvernement devait changer le système pour assurer la séparation des produits agricoles OGM. L’EPA a décidé d’annuler l¹inscription de Starlink et a interdit de nouvelles plantations. Enfin, récemment une autre marque a récemment été détectée comme contaminée par Starlink : Safeway. Et, étant donné qu’une partie de StarLink a déjà été vendus aux minoteries, de nombreux marchands de farines ne peuvent plus garantir une farine indemne. Ainsi, une usine Kellog’s a fermé, faute de pouvoir s’approvisionner.
AFP, 18 septembre et 1° octobre , Washington Post, 13 octobre 2000

Brésil : A la demande de Greenpeace, les analyses faites par le laboratoire suisse Interlabor démontrent, de nouveau, la présence d’OGM (soja transgénique RoundUp Ready de Monsanto et maïs Bt176 de Novartis) dans 4 produits vendus sur le marché brésilien : velouté de poule (Knorr), soupe de poule (Arisco), Ovomaltine (Novartis) et préparation pour gâteau (Sadia). Suite à ces analyses, Sadia a décidé de retirer le produit incriminé du marché, Arisco et Knorr n’ont fait aucun commentaire et Novartis a décidé de laisser Ovomaltine sur le marché puisqu’il contenait moins de 1% d’ingrédients transgéniques.
Gazeta Mercantil, 22 septembre 2000 et Valor, 21 septembre 2000

Autriche : Global 2000, une organisation écologique autrichienne indépendante, mène une campagne afin de faire adopter une loi plus stricte sur les denrées alimentaires, renforcer les contrôles (en quantité et en qualité) et les sanctions sur l’étiquetage obligatoire des OGM et cesser les expériences sur le territoire autrichien. Les échantillonnages réalisés par Global 2000 montrent qu’il y a toujours des aliments génétiquement modifiés non étiquetés. L’association a donc saisi la justice.
http://www.agris.be/fr/flash/210f2.html