Recherchez une information

ou par mot clé.


Inf'OGM Actions citoyennes

Inf'OGM le journal est un bimestriel de 32 pages qui vous informe sur l'actualité des OGM et des semences de façon critique et contextualisée.

Soutenez une information indépendante, abonnez-vous.

Partie Actions Citoyennes

La Résistance est Fertile, semaine internationale d’actions contre le génie génétique, a été suivie dans plusieurs pays. Les actions sont décrites sur le site web : www.resistanceisfertile.com/action.htm.


Deux nouveaux appel contre la brevetabilité et la directive 98/44 ont été lancés, d’une part par Mrs. Mattei et Wodarg, députés européens, (www.respublica.fr/sos.humangenome), et d’autre part par les adhérents du SEL de Paris avec l’appui de la Confédération Paysanne, Nature et Progrès et d’autres associations (www.ecoropa.org).


Australie : A Brishbane, Free Seed Liberation a déraciné une centaine de plants d’ananas transgéniques, au stade de l’expérimentation et cultivés par le Queensland Department of Primary Industries pour produire un taux plus importants de protéines, vitamines et sucres. L’Australie expérimente 21 semences transgéniques dans des lieux secrets. Les OGM autorisés à la vente se limitent au coton et œillets.
— - Reuters, 13 mars 2000


France : Le 13 avril, 400 militants du Collectif contre la mondialisation (dont José Bové de la Confédération Paysanne et Jean-Luc Bennahmias des Verts) ont fauché une parcelle de colza transgénique à Gaudiès (Ariège) qui allait arriver à maturation. Dans l’après-midi, ils ont mené une “action de sensibilisation” dans un Carrefour de la banlieue de Toulouse.


A l’occasion de la journée mondiale des consommateurs, les 430 unions locales de la Confédération de la consommation, du logement et du cadre de vie (CLCV) ont interrogé les maires de leur commune pour savoir s’ils ont sur leur territoire des essais de culture transgénique et quelles informations ils donnent à leurs administrés pour l’année 2000. Elle a aussi interrogé la restauration collective sur l’utilisation d’OGM. En décembre 1998, elle avait déjà lancé une campagne auprès des grandes surfaces et des gestionnaires de restauration collective.
— - communiqué de presse CLCV, mars 2000


Après le séminaire des 3 et 4 décembre 1999 organisé par la Coordination nationale pour la défense des semences fermières et la Coordination Paysanne européenne, 6 organisations, réunies à Paris le 24 mars, ont décidé de coordonner leurs actions pour la défense des semences de ferme. Elles réclament l’abolition de la subordination du versement des aides européennes à l’utilisation de semences certifiées et l’abrogation de l’article du règlement 2100/94 qui institue la redevance sur les semences de ferme.
— - Communiqué du 4 avril, Y. Manguy : +33 (0)5 45 31 03 69


Grande Bretagne : Un grand propriétaire terrien du Norfolk, région d’Angleterre qui accueille le plus d’expérimentations en champs d’OGM, a décidé de mener avec Greenpeace une nouvelle campagne pour faire du Norfolk une région exempte d’OGM. Plusieurs agriculteurs du Norfolk ont déjà pris des engagements dans ce sens, en obtenant l’assurance de leurs locataires qu’ils n’utiliseront pas de semences modifiées. Parallèlement, 28 activistes de Greenpeace étaient jugés pour la destruction d’une parcelle de maïs transgénique.
— -Emma Gibson +44 (0)171 865 8243


Philippines : Le syndicat paysan Kilusang Magbubukid ng Pilipinas (KMP) a interpellé le gouvernement et le Centre International de Recherche sur le Riz (en anglais IRRI) sur leur soutien aux biotechnologies et l’autorisation du maïs Bt. Rafael Mariano, président du KMP a déclaré : “les paysans leur ont répété plusieurs fois qu’ils n’avaient pas besoin de la productivité et la résistance aux insectes de ce maïs mutant, d’autant plus que nous avons déjà surproduit du maïs dans les seules régions de Mindanoa et d’Isabela”. Et il considère que l’IRRI a menti à propos du riz enrichi en vitamine A. Pour lui, la malnutrition ne peut être réglée par une simple substance nutritive. Il s’agit d’un problème global (manque de terre, d’accès à la nourriture, à l’éducation ou aux soins). Le 3 avril, à l’occasion du 40ème anniversaire de l’IRRI, a eu lieu un Forum des Peuples avec des activistes d’Asie et du Canada.
— - Communiqué du KMP, 10 et 15 mars 2000


Thaïlande : 35 organisations agricoles et ONG ont menacé de manifester pour obtenir l’abandon des tests en champs d’OGM. Elles se sont exprimées dans une déclaration remise au ministère de l’agriculture dans laquelle elles lui demandent de communiquer les résultats des tests réalisés sur le coton Bt et qu’il clarifie la rumeur selon laquelle, en 1997, des semences de riz jasmin auraient été envoyé aux Etats-Unis pour y être génétiquement modifiées. Ces dernières seraient testées en champs, ce qu’a dementi M. Somsak, ministre de l’agriculture, déclarant qu’il ne l’est plus testé depuis 1998.
— - Bangkok Post, 15 mars 2000


Le Rally for Rural America a rassemblé plus de 2000 agriculteurs à Washington. GrainRage (Résistance contre le Génie Génétique) et Ag Action Network ont bloqué les bureaux de Cargill. Cargill a récemment donné à l’université du Minnesota 10 millions de dollars pour la construction d’un laboratoire en biologie moléculaire.
— - GrainRage Media Collective, 20 et 21 mars 2000


Plus d’une quarantaine d’ONG ont adressé une pétition à la FDA le 21 mars pour qu’elle adopte une politique rigoureuse en matière de contrôle de l’innocuité et d’étiquetage des OGM. Elles demandent notamment que les OGM soit classés comme des additifs alimentaires, car ces derniers subissent des tests et sont étiquetés. Cela revient à remettre en cause les 46 OGM autorisés. La FDA dépouille actuellement les 25 000 commentaires issus des auditions conduites fin 1999.
— - Los Angeles Times, 21 mars 2000

Bio 2000 versus Biodevastation

Bio 2000, la plus importante réunion des industriels du secteur des biotechnologies, s’est tenue, en mars 2000, à Boston. En même temps, se tenait Biodevastation, rassemblement international des opposants au génie génétique.
Au Canada, le jour de l’ouverture de Bio2000, un groupe d’activistes, autodénommé “le Ministère de la Défense des Forêts”, a détruit environ une centaine de conifères transgéniques (dont la majorité résistant aux charançons) dans les laboratoires du Ministère de la forêt de la Colombie Britannique, à Saanich. A Boston, quatre personnes ont déversé une centaine de kilo de soja transgénique dans le hall d’entrée de Bio2000. Le Lendemain, une manifestation a rassemblé 2500 personnes scandant “nos gènes ne sont pas à vendre”.