Recherchez une information

ou par mot clé.


Inf'OGM ACTU n°27, janvier 2010

Inf'OGM le journal est un bimestriel de 32 pages qui vous informe sur l'actualité des OGM et des semences de façon critique et contextualisée.

Soutenez une information indépendante, abonnez-vous.

FRANCE - L’innocuité de trois maïs OGM remise en question

Des chercheurs du Criigen, des Universités de Caen et de Rouen ont analysé les données présentées par Monsanto pour les demandes d’autorisation des maïs GM Mon810, Mon863 et NK603. Les trois maïs GM sont autorisés commercialement dans l’UE pour l’alimentation. Le Mon810 y est aussi autorisé à la culture. Selon l’article qui vient de paraître, les données mêmes de Monsanto montrent des effets secondaires de ces trois maïs sur la santé de rats les ayant consommés. Le foie et les reins sont les principaux (...)

FRANCE - Maïs OGM Mon810 : Pas de risques majeurs mais des lacunes et des questions persistantes !

Le maïs génétiquement modifié Mon810 (mis au point par Monsanto) est actuellement en cours de renouvellement au niveau européen. Afin d’éclairer la position que la France tiendra lors des prochains votes européens (lors du conseil des experts et lors du conseil des ministres), le gouvernement a saisi le Haut conseil des biotechnologies (HCB). Le 22 décembre 2009, les deux comités du HCB ont donc apporté leurs expertises : s’il n’y a pas de « risques biologiques que l’on puisse qualifier de majeurs » (...)

Le Conseil d’État reconnaît au département du Gers le droit d’exprimer son opposition aux OGM !

Le 30 décembre 2009, le Conseil d’État a mis fin à une bataille juridique de plus de cinq ans, en reconnaissant le droit du conseil général du Gers (32) d’exprimer son refus des OGM. Ce n’est cependant qu’une victoire symbolique : le Conseil d’État reconnaît en effet le droit d’expression d’un positionnement politique, sans que cela n’induise le pouvoir de faire respecter ce positionnement.
En juin 2004, le département a adopté une délibération en forme de vœu, par laquelle il se déclarait « opposé (...) (...)

Faire de Sète un port sans OGM

Le collectif anti-OGM de Sète (Hérault, 34) vient de lancer une pétition afin que « que les aides régionales soient affectées au port de Sète sous condition d’une interdiction formelle des importations de toutes denrées issues des cultures transgéniques, que la Région appuie la mise en place et le développement d’une filière locale de production de protéines végétales afin d’assurer l’autonomie alimentaire des élevages, que la Région mette sur pied un label « issus d’animaux nourris sans OGM » même si la (...)

UE – Un seul Commissaire pour les biotechnologies et les OGM

Le Président de la Commission européenne, José Manuel Barroso a dévoilé le 27 novembre 2009 la liste des commissaires qui a été soumise pour validation au Parlement européen. Concernant les biotechnologies, l’annonce des noms des commissaires impliqués – John Dalli (Malte) pour la Santé et la Protection des Consommateurs, Dacian Ciolos (Roumanie) pour l’Agriculture et Janez Potocnik (Slovénie) pour l’Environnement – a été accompagnée de celle d’un changement d’organisation interne. Dans le futur, le (...)

ETATS-UNIS – Bayer payera près d’un million et demi d’euros de dommages et intérêts pour le riz LL !

Deux agriculteurs viennent d’obtenir réparation en justice pour leurs pertes financières dues à la contamination de leur production par du riz GM de Bayer, non autorisé à l’époque des faits aux Etats-Unis. En 2006 et 2007 était révélée une contamination des stocks de riz produit aux Etats-Unis par du riz LL601 qui avait été l’objet d’essais en champs quelques années plus tôt et n’était pas autorisé commercialement. L’Union européenne et le Japon notamment ayant alors décidé de ne plus importer de riz des (...)

MEXIQUE - Des cultures de maïs GM sont autorisées pour la première fois

Le 19 mars 2009, le Président de la République mexicaine ouvrait la voie aux cultures de maïs GM en signant un décret autorisant des cultures expérimentales de maïs. En octobre et dans la droite ligne de ce décret présidentiel, le gouvernement a autorisé Monsanto et Dow AgroScience à réaliser les quinze premiers essais de maïs OGM. Ainsi s’achève dix ans de moratoire sur toute culture de maïs GM. Après le soja et le coton GM (qui représentent à eux deux environ 100 000 ha), c’est donc au tour du maïs GM (...)

AUSTRALIE – Miel contaminé, inspections citoyennes des routes, semences de colza GM bradées

L’association Greenpeace annonce avoir trouvé des traces de colza transgénique dans des ruches commerciales situées près d’un champ de colza transgénique tolérant l’herbicide Roundup de Monsanto, dans l’Etat de Victoria du Sud. Par cette action, l’association veut montrer que l’absence d’obligation pour un cultivateur de PGM d’informer ses voisins de la nature de ses cultures peut amener à de telles contaminations. Mais surtout, elle veut dénoncer le fait que le colza GM ait été autorisé par le (...)

ETATS-UNIS – Glyphosate : la résistance s’étend

En octobre 2008, dans le Michigan, au nord des Etats-Unis, le constat d’agriculteurs face à l’apparition d’amarante résistante au glyphosate était dramatique : « nous n’avons pas encore abandonné nos fermes comme ils l’ont fait en Géorgie et nous ne voulons pas en arriver là » (cf. Inf’OGM ACTU n°13, octobre 2008, ETATS-UNIS – Coton GM et mauvaises herbes, ça empire). Un an plus tard, les agriculteurs de l’Arkansas affrontent à leur tour la résistance aux herbicides de ces herbes qualifiées de mauvaises car (...)

Les Faucheurs bloquent le port de Lorient et rencontrent la Directrice générale de l’Alimentation

Le 21 novembre 2009, dans le port de Lorient, une centaine de faucheurs volontaires a pendant plusieurs heures empêché le déchargement d’une cargaison de 46 500 tonnes de soja GM. Ils entendaient protester contre l’absence d’étiquetage des animaux nourris avec des OGM. Ce sont 4,5 millions de tonnes de soja « standard » qui arrivent chaque année dans les ports de Brest, Lorient, Saint-Nazaire, ou Sète et qui servent principalement à nourrir le bétail français. Le tonnage des importations européennes (...)

Le Comité de surveillance biologique du territoire bientôt constitué

En juin dernier, nous vous informions de l’appel à candidature du ministère de l’agriculture pour constituer le Comité de surveillance biologique du territoire (CSBT) Appel à candidatures pour le Comité de surveillance biologique du territoire. Prévue par la loi de 2008 sur les OGM, cette instance sera consultée sur les protocoles et méthodologies d’observation de l’apparition éventuelle d’effets de la culture d’OGM sur l’environnement. Elle formulera également des recommandations sur les orientations à (...)

UE - L’Efsa encore critiquée

Les procédures d’évaluation suivies par l’Agence européenne de Sécurité des aliments seraient lacunaires et défaillantes. Voici la conclusion en substance d’un récent rapport publié par l’Institut Testbiotech, sous la plume de Christoph Then, anciennement chargé de campagne agriculture à Greenpeace Allemagne et Christof Potthof, ancien membre du réseau Gen-Ethic. Pour ces auteurs, le problème de fond vient du postulat de base de l’évaluation des PGM, à savoir qu’une PGM ne présente pas plus de risques (...)

UE – L’Efsa peu encline à la transgénèse caprine

Modifier génétiquement des chèvres pour qu’elles résistent aux encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST), dont la maladie de la vache folle fut une des formes les plus « médiatiques »... : la Commission européenne a jugé l’idée suffisamment intéressante pour financer un programme en ce sens, conduit par Chypre . Mais l’Agence européenne de sécurité des aliments vient de répondre à Bruxelles sur la pertinence scientifique de ce programme : le moins que l’on puisse dire est qu’elle ne semble pas (...)

UE - Autorisation du MIR604 : la fin des perturbations du commerce transatlantique du soja

Le 30 novembre 2009, la Commission européenne a autorisé l’importation du maïs génétiquement modifié MIR604. Ce maïs Bt de Syngenta produit un insecticide actif contre certains parasites de l’ordre des coléoptères.
Cette autorisation est intervenue seulement dix jours après l’absence de majorité qualifiée lors d’un vote des ministres européens de l’Agriculture [1]. L’été dernier, des traces de MIR604 avaient été retrouvées, dans plusieurs pays européens (Chypre, Allemagne, Espagne), dans des cargaisons de soja (...)

TURQUIE – Tentative chaotique de réglementation sur les OGM

Le 26 octobre 2009, le ministère de l’Agriculture turc a publié un règlement sur les OGM. Principales mesures :
toute importation, commercialisation, exportation et transit d’aliment GM destiné à l’alimentation humaine ou animale doivent être préalablement autorisés ;
les produits contenant des OGM devront être étiquetés à compter d’une présence de produits GM supérieure à 0,9% ;
l’importation d’OGM résistant à des antibiotiques est interdite, de même que leur présence dans la nourriture pour bébé ;
le (...)

Luc Guyau élu à la tête du conseil de la FAO

Le 22 novembre 2009, et par 75 voix contre 69, Luc Guyau a été élu au poste de président indépendant du conseil de l’Organisation des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture. (FAO) .
Ancien président de la FNSEA (1992-2001), Luc Guyau a par la suite présidé l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture depuis 2001. Il est aussi vice-président du Conseil départemental de UMP de Vendée, et vice-président du Conseil Économique Social et Environnemental. Sa candidature à la FAO avait reçu le (...)

Un guide des produits sans OGM aux États-Unis !

Aux États-Unis, la grande majorité des cultures de soja, coton, colza et maïs est génétiquement modifiée (91% des cultures de soja, 88% pour le coton et le colza, et 85% pour le maïs). Face à cette situation, les États-Unis n’étiquettent toujours pas les produits contenant des OGM, et encore moins, ceux qui sont issus d’animaux nourris avec des OGM. Les consommateurs n’ont donc pas vraiment de possibilités d’éviter les OGM dans leur alimentation, alors même que 53% des étatsuniens déclarent ne pas (...)

CHINE - Nouvelle étape dans la commercialisation du riz GM

Le 27 novembre 2009, le Comité chinois de biosécurité a rendu un avis positif sur la culture du riz transgénique. D’autres approbations seront nécessaires avant que ce riz soit effectivement cultivé à l’échelle commerciale. Selon une réponse écrite du ministère de l’Agriculture chinois au Wall Street Journal, cela pourrait prendre deux à trois ans . Ce riz, génétiquement modifié pour produire un insecticide, a été développé par la Huazhong Agricultural University. La Chine n’en est pas à sa première culture (...)

PAKISTAN - Le coton Bt officiellement dans les champs en 2010

Fin novembre, le ministre pakistanais de l’Environnement a autorisé pour la première fois la culture commerciale de PGM. Il s’agit de deux cotons transgéniques Bt, développés par le Centre d’excellence en biologie moléculaire (CEMB) : le premier contient un seul gène Bt (CEMB-01) et le second, deux gènes Bt (CEMB-02). Les semences seront disponibles à la vente dès la prochaine saison de semis.
Selon un rapport du ministère de l’Agriculture des États-Unis (USDA) (1), malgré l’absence d’autorisation (...)

AUSTRALIE – Essais en champs de canne à sucre transgénique

Le Régulateur des Technologies du Gène (GTR), l’autorité nationale australienne, a autorisé, le 11 novembre 2009, des essais au champ de canne à sucre transgénique . Il s’agit plus précisément, pour la coopérative à l’origine de la demande, BSES limited, de planter jusqu’à 6 000 pieds de canne, modifiée pour tolérer des herbicides. Les lieux d’implantation des essais en champ d’une surface maximum de 26 hectares (par an) sont six stations d’expérimentation de BSES au nord-est de l’Australie, dans le (...)

Sélection assistée par marqueurs (SAM) : Greenpeace y voit une alternative aux PGM

La sélection assistée par marqueurs (SAM) est souvent présentée comme une biotechnologie alternative aux PGM pour l’amélioration végétale. L’association Greenpeace International vient d’ailleurs de sortir un rapport dans lequel elle affirme que « la sélection assistée par marqueurs a déjà démontré sa valeur en tant qu’outil pour l’amélioration végétale » (1). Pour l’association, la SAM nécessite « moins d’investissements, soulève moins de questions quant aux risques sanitaires, respecte les barrières d’espèces et (...)