Inf'OGM le journal est un trimestriel de 28 pages qui vous informe sur l'actualité des OGM et des semences de façon critique et contextualisée.

Soutenez une information indépendante,
abonnez-vous.

Édito - Meriem et René nous ont quittés

Une épidémie plus sournoise que la Covid fait rage depuis quelques temps déjà… et emporte avec elle nos amis, nos proches. Le cancer, ou plutôt les cancers, font des ravages importants… Récemment, au mois de mai, deux partenaires d’Inf’OGM sont partis : Meriem Louanchi et René Segbedou.
Deux personnes admirables, qui se sont battues respectivement en Algérie et au Bénin, mais plus largement encore, internationalement, pour protéger la biodiversité. Chercheurs indépendants, ils ont su argumenter auprès (...)

Virus, vaccins OGM : de grandes inconnues

Suite à l’allègement de la législation européenne [1], des vaccins génétiquement modifiés, qu’ils soient à ARN messager ou à ADN [2], sont massivement utilisés dans le but d’enrayer la pandémie de la Covid-19. L’évaluation finale (phase III) de ces vaccins est faite de façon exceptionnelle sur des millions d’humains. Hormis quelques rares exceptions, la société civile n’a pas protesté. Serait-elle prête à accepter cette suppression des évaluations et de la traçabilité de ces médicaments selon les normes de la législation OGM ? Connaît-on de façon précise les conséquences de ces vaccins issus de l’ingénierie génétique et, pour certains de la biologie de synthèse ? Peut-on se référer à la science qui les construit ?

Le forçage génétique est une technique de modification génétique hégémonique. Ses partisans mettent en avant son intérêt dans la lutte contre l’érosion de la biodiversité. Mais le forçage génétique pourrait aussi être utilisé pour éradiquer des espèces entières. Un article publié dans Scientific Report [3], en 2021, évoque le cas de l’écureuil gris (Sciurus carolinensis).

Victime franco-vietnamienne de l’agent orange, défoliant utilisé pendant la guerre du Vietnam par l’armée des États-Unis, Tran To Nga poursuit en justice les multinationales qui ont produit ou commercialisé l’herbicide. Lundi 10 mai 2021, le tribunal judiciaire d’Évry a jugé ses demandes irrecevables. Tran To Nga continue cependant son combat, agrégeant auprès d’elle des milliers de personnes, victimes des pesticides (en particulier du chlordécone), et du modèle agrochimique en général.

Cet ouvrage de Marie-Monique Robin, en collaboration avec Serge Morand [4], La fabrique des pandémies, est paru en février 2021, début de la 3e vague de la Covid-19.

N’en déplaise aux tenants du tout génétique, l’ADN du génome d’un être vivant n’est qu’une partie des informations transmises d’une génération à l’autre : c’est l’un des nombreux mérites de ce magnifique ouvrage de Véronique Chable, chercheuse à l’Inrae et Gauthier Chapelle, agronome chercheur indépendant, que d’insister sur ce point. C’est que l’information transmise entre générations comprend également l’information créée par les conditions de cultures (information épigénétique) et celle portée par les microorganismes des tissus de la plante et de l’environnement (information du microbiome).