>Actualités >n°119, novembre / décembre 2012

Dossier = Etude G.-E. Séralini : quel bilan ?

Inf’OGM, décembre 2012

Questions éthiques et épistémologiques, choix de société, impact des brevets, modèle agricole porté par les plantes génétiquement modifiées (PGM), impacts sanitaires ou environnementaux, fonctionnement de l’expertise... : les questions et objections soulevées par le dossier des PGM sont nombreuses. Mi-septembre, ce sont les volets des impacts sanitaires et de l’expertise qui ont connu un rebondissement sans précédent avec la publication d’une étude réalisée par l’équipe du Pr. Gilles-Eric Séralini (GES), membre du Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le génie GENétique (Criigen) et professeur de biologie moléculaire à l’Université de Caen. Inf’OGM a souhaité consacrer un dossier à l’analyse de cette étude sur le maïs génétiquement modifié NK603 et l’herbicide Roundup, étude publiée dans la revue à comité de lecture Food and Chemical Toxicology. Cette étude a provoqué des débats, des réactions qui, au-delà de l’étude en elle-même, permettent d’éclairer le dossier « OGM » dans sa complexité.

Au sommaire :

- Besoin de recherches sur les effets à long terme des OGM
- Statistiques : le B. A. BA d’une étude de toxicologie
- Médias : entre scoop et critique radicale
- L’onde de choc international
- OGM : des évaluations désastreuses et un débat mal posé
- Pourquoi réclamer les données brutes ?



OGM : une expertise contestée

Répondre à cet article