Boutique
Recherche avancée
Information critique & indépendante sur les OGM, les biotechnologies et les semences

OGM : les Faucheurs écrivent aux semenciers

Christophe NOISETTE, février 2012
Lien permanent | Version imprimable de cet article Version imprimable |

Une coalition de plusieurs associations et collectifs français [1] a adressé une lettre ouverte aux différentes entreprises « faisant du négoce de maïs génétiquement modifié MON810 » [2] afin de « clarifier » la situation sur leurs intentions pour la saison 2012.
La lettre commence par rappeler que le gouvernement français s’est engagé oralement à prendre un nouveau moratoire sur le maïs MON810, et que Monsanto affirmait, le 23 janvier, dans un communiqué de presse [3], qu’il ne commercialiserait pas de maïs MON810 pour la campagne 2012 et au-delà.
Cependant, d’autres entreprises en France ont acheté à Monsanto des licences pour intégrer dans leurs propres variétés le transgène permettant l’expression de l’insecticide Bt. Plus précisément, 221 variétés de maïs ayant le gène MON810 sont inscrites au catalogue européen [4]. Par ailleurs, les signataires annoncent avoir « connaissance qu’un certain nombre d’exploitants agricoles du Sud Ouest ont [déjà] commandé, et peut-être reçu, des sacs de ces semences ». D’où la demande de clarification...
Les signataires soulignent aussi que « distribuer des semences de maïs MON810, c’est aujourd’hui volontairement, et en toute connaissance de cause, participer à la renaissance de fortes tensions dans les campagnes dès le printemps. […] Distribuer des semences de maïs GM c’est [aussi] volontairement et en toute connaissance de cause, conduire de nombreux apiculteurs à la faillite ».
Les signataires précisent dans leur courrier qu’ « une délégation de citoyens représentants des associations signataires de cette lettre ouverte vous remettra prochainement ce courrier en main propre et attendra des réponses précises sur la réalité de commercialisation de semences de maïs MON810 ». Ce courrier s’inscrit dans un ensemble d’actions organisées par ces associations depuis le début janvier [5], afin d’éviter, coûte que coûte, que du maïs MON810 ne soit planté en 2012...

[1Les Amis de la Terre, Greenpeace, Fédération Française des Apiculteurs Professionnels, Les Faucheurs Volontaires d’OGM, Euskal Herriko Laborantza Ganbara, Confédération Paysanne Aveyron, Confédération Paysanne Tarn, Confédération Paysanne Tarn & Garonne, Confédération Paysanne Aude, Confédération Paysanne Ardèche, Fédération Nature & Progrès, Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique, Cohérence, BIO d’Aquitaine, Vigilance OGM 47, Vigilance OGM 33, Loiret sans OGM, Vigilance OGM 69, Collectif contre les OGM 31, Vigilance OGM 18, OGM dangers, CSFV Millevaches, Zer’OGM 42, Environnement & Nature Burdignes, OGM NON MERCI 01, CST PIAF 82, Collectif OGM 35, Collectif anti OGM 66, Collectif anti OGM du Narbonnais, CAPASO (Collectif Audois pour une Agriculture Sans OGM), Vigilance OGM 81, Autun Morvan Écologie, Vigilance OGM21, Collectif89 Action Citoyenne OGM Pesticides, Veille au grain- Bourgogne, Collectif Nivernais pour une Agriculture Durable, les Croqueurs de Pommes du Terroir du Jarez, CORABIO, Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques 42, Accueil Paysan Bourgogne…

[2Il s’agit des entreprises suivantes : Euralis semences, Caussade Semences, Maïsadour semences, RAGT, Limagrain, Pioneer semences SAS, KWS maïs France, Syngenta, Terrena, Triskalia, Arterris, Terre du Sud, Lur Berri.