Recherchez une information

ou par mot clé.



Académie de Médecine et de Pharmarcie - Des plantes transgéniques : pour une alimentation plus équilibrée ?

Yves Chupeau, 26 novembre 2002
Lien permanent | Version imprimable de cet article Version imprimable | tétécharger en pdf | |

Depuis une dizaine d’années, nos connaissances des cavités métaboliques des plantes se sont considérablement enrichies. Associées aux perfectionnements des techniques de transfert de gènes, ces connaissances procurent désormais des moyens de modification des produits végétaux, de plus en plus précis et ciblés, pour tenter d’en adapter la composition vers un meilleur équilibre nutritionnel. De nombreuses tentatives de modifications du métabolisme des végétaux restent de nature expérimentale, voire exploratoire. Quelques ouvertures sur des applications concrètes, tant pour les macronutriments que pour les micronutriments se dégagent néanmoins.

INTRODUCTION


Le recours aux techniques de transfert de gènes, pour des objectifs appliqués, reste la cible de critiques dont les fondements sont variés, mais toujours non avérés.
De fait, les plantes transgéniques couvraient en 2001 une surface mondiale de l’ordre de 50 millions d’hectares, les données collectées fournissent dorénavant des éléments concrets d’évaluation.


Après six ans d’exploitation à grande échelle pour certaines plantes transgéniques, il est possible aujourd’hui de tracer un bilan écologique favorable, donc un bénéfice pour la collectivité, même pour des plantes modifiées pour des caractères purement agronomiques.


Comme le laissaient présager les études préalables à la commercialisation des plantes transgéniques "autorisées", il ne semble pas que l’utilisation du génie génétique entraîne des risques nouveaux en termes de sécurité alimentaire.
Cependant, il s’agit d’un domaine en évolution rapide car le génie génétique constitue avant tout un remarquable outil scientifique. En effet, le transfert de gènes constitue l’une des techniques de la génétique moderne, dont les différentes approches combinent désormais des dispositifs de plus en plus puissants de caractérisation des génotypes.


La combinaison de ces approches renouvelle radicalement les méthodes de la biologie. Les possibilités d’étude des processus vitaux deviennent tout à la fois plus vastes et plus systématiques, mais aussi plus fines et plus précises.

J'ai trouvé cet article intéressant et je le partage.

J'ai trouvé cet article passionnant et je fais un don.

Vos contributions volontaires permettent à Inf'OGM de diffuser depuis 1999 une information gratuite, libre, indépendante et de qualité. Merci pour votre soutien.


alimentation plus équilibrée