Recherchez une information

ou par mot clé.



ALLEMAGNE – Les transgéniculteurs assurent la biovigilance via des questionnaires

Eric MEUNIER, septembre 2008
Lien permanent | Version imprimable de cet article Version imprimable | tétécharger en pdf | |

Une équipe de chercheurs de l’Institut de Biomathématiques de Rostock, en Allemagne, affirme dans un article scientifique que des questionnaires remplis par les agriculteurs pour rapporter des observations d’effets sur l’environnement liés aux cultures transgéniques représentent un outil utile pour la biovigilance [1]. La biovigilance concerne justement la surveillance de l’environnement au regard de possibles impacts liés aux PGM après mise en culture de ces dernières. La biovigilance est une des composantes de la gestion des PGM rendue obligatoire par la réglementation européenne. Sans rentrer dans l’analyse des résultats de questionnaires remplis par 373 agriculteurs allemands et concernant 188 cultures de maïs transgénique (T25, Bt176 et Mon810) et 185 cultures de maïs conventionnel, notons que la démarche suivie par les scientifiques implique que les agriculteurs soient donc les observateurs des impacts. A une époque où le débat est encore très « nerveux », une certaine partialité des réponses est à craindre même si l’avantage de cette méthode réside donc dans le fait qu’elle fasse appel à ceux qui connaissent le mieux l’environnement de la culture concernée. Les résultats d’analyses des questionnaires envoyés et portant sur la période 2001 à 2005 sont présentés notamment sous forme de probabilité d’avoir une situation pire avec le maïs GM qu’avec le maïs conventionnel. Ainsi, les domaines suivants peuvent être l’objet d’une situation "pire" avec le maïs GM ; croissance de la plante et développement (3% des réponses), infection par le champignon Ustilago maydis (4%), période de floraison (6%), période de récolte (7%), évènements inhabituels (non détaillés, 5%), particularités durant la croissance (non détaillées, 10%), efficacité de l’herbicide Solo (à base de glufosinate d’ammonium, 4%).

J'ai trouvé cet article intéressant et je le partage.

J'ai trouvé cet article passionnant et je fais un don.

Vos contributions volontaires permettent à Inf'OGM de diffuser depuis 1999 une information gratuite, libre, indépendante et de qualité. Merci pour votre soutien.

[1Schmidt K. et al., “Farm questionnaires for monitoring genetically modified crops : a case study using GM maize”, Environ Biosafety Res. 2008 July-September ;7(3):163-179