Boutique
Recherche avancée
INFORMATIONS CRITIQUES & INDEPENDANTES SUR LES OGM,
les BIOTECHNOLOGIES ET LES SEMENCES
>Actualités >n°94 - Septembre / octobre 2008

Inf'OGM n°94 - Septembre / octobre 2008

Inf'OGM le journal est un bimestriel de 12 pages qui vous informe sur l'actualité des OGM et des semences de façon critique et contextualisée.
Soutenez une information indépendante, abonnez-vous.

Tous les ans, les “Feldbrefreiung”, les libérateurs de champs, se retrouvent pour un week-end d’action. Cette année, le rendez-vous était en Bavière, fin juin. Résultat : une parcelle de maïs Mon810 a été fauchée, au petit matin, sous le regard de policiers désorientés. Les faucheurs ont même attendu les renforts pour se faire arrêter. En 2008, les faucheurs ont aussi occupé plusieurs champs d’expérimentation, afin d’empêcher leur ensemencement : Müritz (pomme de terre), Wendland (maïs), Hessen (quatre (...)

Nestlé demande à l’Union européenne d’assouplir ses règles sur les PGM pour lutter contre la hausse des prix alimentaires, rejointe en cela par le Président de la Commission européenne et le Premier Ministre britannique. De son côté, Bruxelles veut accepter en Europe les PGM non autorisées. Le tout sans explication quant aux impacts économiques des PGM. Le vieil argument de lutte contre la faim dans le monde grâce aux PGM revient sur la table des européens.
Etre plus souple avec les OGM…
Récemment, (...)

La loi française sur les OGM est entrée en vigueur fin juin, mais nécessite pour être applicable, des précisions, via des arrêtés ou des décrets, comme pour la définition de ce qui doit être entendu par “sans OGM” et les conditions techniques de la coexistence. Ces textes devraient intervenir fin 2008, début 2009.
Etiquetage sans OGM ?
L’article 2 de la loi prévoit que “dans l’attente d’une définition au niveau européen, le seuil correspondant [au sans OGM] est fixé par voie règlementaire, sur avis du Haut (...)

Dans le précédent numéro, nous posions la question : “les Faucheurs volontaires sont-ils des voyous ou des lanceurs d’alerte ?”. Au vu des derniers événements, cette question a fortement évolué : de quel côté se trouve l’illégalité ? N’a-t-elle pas changé de camp ? En tout cas, elle gagne du terrain... alors que la loi était censée mettre de l’ordre. Raté, pourrait-on dire.
A la recherche des champs illégaux
Au moment où le gouvernement interdisait le maïs Mon810, plusieurs transgéniculteurs ont déclaré, (...)

Les “lanceurs d’alerte” sont souvent impliqués dans la recherche ou la production mais ce sont parfois de simples citoyens (riverains, consommateurs…), témoins de l’existence d’un risque pour la santé ou l’environnement. Si les autorités (institutions professionnelles, élus…) prenaient au sérieux chaque alarme, en vérifiaient la teneur et paraient aux éventuelles conséquences, il n’y aurait pas besoin de lanceur d’alerte. Mais l’alarme est presque toujours contrée par ceux qui estiment leurs intérêts menacés (...)

Tous les Etats-membres n’ont pas adopté de règles de coexistence (comme l’Espagne, premier producteur européen de maïs GM). Au nombre des pays qui appliquent des règles strictes, la Hongrie : distances d’isolement de 400 m, les agriculteurs qui souhaitent planter des PGM doivent être titulaires d’un diplôme, et d’une autorisation pour chaque mise en culture. Ils doivent obtenir l’accord de tous les propriétaires et locataires de la zone tampon. Et les voisins s’engagent à ne pas planter de variétés (...)

Après avoir adopté une loi sur les OGM, entrée en vigueur en juin 2008, la France engage un chantier de modification de certains points de la réglementation communautaire sur les OGM. En parallèle, la Commission européenne dirige un groupe de réflexion qui vise à faire évoluer les procédures d’autorisation des OGM.
Le Groupe ad-hoc de la présidence française
Les 3 et 4 juillet, en ouverture de la présidence française de l’UE, la France a lancé “un groupe des amis de la Présidence” (groupe ad-hoc sur les (...)

“L’Appel citoyen pour un encadrement et une transparence des activités de lobbying en direction des instances de décision publiques” veut être la voix des acteurs de la société civile sur la question fondamentale de l’influence du monde des affaires sur la décision publique. Une quinzaine d’ONG, associations et syndicats se sont donc regroupés pour poser le débat sur la question de l’influence croissante des groupes d’intérêts dans notre société derrière laquelle se cache une crise de légitimité des (...)