Recherchez une information

ou par mot clé.



Inf'OGM n°142, novembre / décembre 2016

Semences dans la tourmente

Pour qu’ils se déplacent, une des stratégies de guerre consiste à affamer les hommes en détruisant leurs semences.
De même, lorsque les catastrophes naturelles s’abattent, les semences sont détruites, disparaissent dans des tremblements de terre, s’envolent dans des ouragans. Ainsi, lorsque les conflits armés s’arrêtent, lorsque les éléments cessent de se déchaîner, ces semences se trouvent au cœur de programmes de reconstruction, et deviennent un enjeu politique : des dispositifs techniques révèlent alors des stratégies de contrôle des populations et de mainmise sur le vivant.
En France les agriculteurs sont les témoins de la transformation du modèle agricole suite au plan Marshall. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, le secteur agricole a lourdement payé « l’aide » internationale à travers une ouverture du marché imposant certains produits, et surtout certaines techniques.
A travers ce dossier, nous souhaitons explorer le rôle des semences, dans la vie et la survie, le contrôle et la destruction, interrogeant avec vous le fait que si une résistance mondiale est en train de s’organiser autour de la semence, c’est peut-être bien qu’en temps de guerre, comme en temps de paix, ce patrimoine commun est aujourd’hui menacé.

Kurdistan : l’agriculture, principale victime

Depuis 1991, le Kurdistan d’Irak possède une forme d’autonomie politique : Bagdad, capitale de l’Irak, lui verse une partie de la rente pétrolière soit environ 17% du budget de l’Irak, qui a pour but la mise en œuvre d’une organisation démocratique dans ce gouvernorat. Mais la restructuration de cette zone, anciennement agraire et prospère, interpelle.

Afrique du Sud : un système semencier inadapté

Vingt après la démocratisation de l’Afrique du Sud, le pouvoir économique est toujours aux mains d’une petite minorité avec en lien, pauvreté grandissante et malnutrition pour une majorité de sud-africains noirs. Dans ce contexte, le système semencier sud-africain ressemble plus aux systèmes des pays occidentaux qu’à ceux des autres pays africains.

Aide au Vanuatu : altruisme ou cadeaux empoisonnés ?

Les catastrophes naturelles drainent une importante mobilisation d’organisations internationales à travers des actions humanitaires d’urgence qui peuvent, volontairement ou non, compromettre sur le long terme l’équilibre agricole et alimentaire, à travers des « cadeaux empoisonnés ». Illustration par l’exemple avec le cas du cyclone Pam au Vanuatu en mars 2015.

Népal : le paradoxe de l’urgence

Les 25 avril et 12 mai 2015, le Népal connaît un épisode sismique d’une violence rare. Les conséquences de la catastrophe sont multiples, il est indispensable d’intervenir dans les plus bref délais. Or répondre à l’urgence engage le pays dans des axes stratégiques à long terme qui n’ont pu être pensés par les populations. Inonder le pays à court terme de semences hybrides ou OGM conditionne forcément le développement semencier national à plus long terme.

Svalbard : pour l’humanité ou pour les semenciers ?

Baignée d’une lumière aurorale, balayée par les vents polaires, « la banque de graines de l’apocalypse » a tout d’un décor de science-fiction. Ce jour d’octobre 2013, si nous faisons partie des rares visiteurs de l’île du Spitzberg, au large du Groënland, c’est parce que nous venons y tourner une séquence de notre documentaire La guerre des graines. Nous découvrons, ébahis, ce congélateur géant de graines, creusé en pleine montagne sur une centaine de mètres de profondeur. Discret mais futuriste, le Svalbard Global Seed Vault ne laisse apparaître de lui qu’une porte bleutée mystérieuse, hypnotisante.

Syrie : semer des lieux de résilience pendant la guerre

Depuis 2011, la population civile syrienne doit s’organiser pour pallier les destructions dues à la guerre, et se nourrir est une priorité. Des jardins de résistance fleurissent. Pour permettre à ces jardins de devenir des lieux de résilience, un réseau international s’est créé en solidarité. Inf’OGM ouvre ses colonnes à un acteur français de ce réseau, Graines et cinéma, dont l’un des objectifs est la préservation des semences locales en temps de guerre.