Recherchez une information

ou par mot clé.



Inf'OGM Recherche & Environnement

Inf'OGM le journal est un bimestriel de 32 pages qui vous informe sur l'actualité des OGM et des semences de façon critique et contextualisée.

Soutenez une information indépendante, abonnez-vous.

Changement de métabolisme

L’équipe du Pr. Smith de l’Institut National de Botanique Agricole (Cambridge, Royaume-Uni), vient de montrer que la modification génétique de pommes de terre a des conséquences sur l’expression d’autres molécules naturellement présentes chez ce végétal : les glycoalcaloïdes et sesquiterpènes (famille des terpènes, composés organiques). Les résultats publiés montrent que ces deux molécules sont synthétisées à des taux différents selon que la pomme de terre soit transgénique ou non, et ce suite à une (...)

56% de mortalité chez des rats nourris au soja GM

Les résultats d’une étude de toxicologie effectuée par le Dr I.Ermakova, de l’Académie des Sciences de Russie, ont été rendus publics au cours d’un symposium organisé par l’Association Nationale Russe de Sécurité Génétique. L’expérimentation a consisté à nourrir deux lots de rats femelles, l’un avec du soja Roundup Ready (RR) et l’autre avec du soja conventionnel. L’alimentation a démarré deux semaines avant que les rats ne se reproduisent et a continué durant la gestation et l’allaitement. Les observations (...)

Promoteur CaMV 35S actif chez l’homme

Selon l’étude publiée dans le journal “European Food Research and Technology” en octobre 2005, le promoteur 35S peut être actif dans des cellules humaines[“The 35S CaMV plant virus promoter is active in human enterocyte-like cells”, Traavik et al., European Food Research and Technology, Octobre 2005, à paraître, ]]. Ce promoteur (séquence génétique servant à allumer ou éteindre l’expression d’un gène) est présent dans la plupart des PGM actuellement commercialisées. Spécifique au monde végétal, sa (...)

Structure changeante d’une protéine transgénique

Publié dans la revue “Journal of agricultural and food chemistry”, l’étude du Pr. Hogan et son équipe du Collège de Médecine de l’Université de Cincinnati (Etats-Unis) démontre que la protéine R-amylase inhibitor-1, exprimée dans un pois transgénique, possède une structure différente de la protéine naturelle présente chez les haricots. De tels pois transgéniques ont déjà fait l’objet d’analyses et d’essais en champs en Australie, la protéine transgénique devant leur conférer une résistance aux charançons des (...)

INDE - Flétrissement du coton

Un rapport publié en novembre par des ONG indiennes, dont Greenpeace et le Centre pour une Agriculture Durable, fait état d’un flétrissement du coton (GM et non GM) [1]. L’étude, qui se base sur des observations conduites dans l’état du Madhya Pradesh, conclut à d’importantes pertes agricoles dues au flétrissement du coton Bt (Mech162, Mech184, Mech6301, RCH2) et non Bt. R. Semateck (Monsanto) en conclut que la cause n’est pas la modification génétique. Pourtant, le rapport indique que le flétrissement (...)

INDE - Du riz résistant au sel

Dans l’Etat du Tamil Nadu, au sud de l’Inde, neuf variétés de riz cultivées ont résisté aux inondations liés au Tsunami [1]. Toutes les autres variétés ont en revanche disparu. Des recherches sont en cours pour savoir comment ces variétés ont pu survivre en milieu salin. Ces variétés sont des variétés traditionnelles non transgéniques. Beaucoup de recherches et de promesses dans le domaine des PGM portent sur la tolérance à la (...)

PGM et biocarburants

L’équipe du Pr. Kruse, de la faculté de Biologie de l’université de Bielefeld, en coopération avec l’institut de biosciences moléculaires de l’université de Brisbane (Australie), a modifié génétiquement une algue, Chlamydom-onas reinhardtii, pour qu’elle produise de l’hydrogène [1]. Les résultats indiquent que l’algue GM produit près de 13 fois plus d’hydrogène que sa version non modifiée. Les laboratoires espèrent obtenir une production d’hydrogène supérieure. En parallèle, des prototypes de bioréacteurs (...)

Scorpion dans le colza, grenouille dans la pomme de terre

En Chine, des scientifiques du Centre de Recherche d’Agrobiotechnologie de la Province du Shanxi, ont introduit des gènes de scorpion et de mite dans du colza pour lui assurer une meilleure résistance aux insectes [1], certaines chenilles présentant une tolérance à la protéine Bt utilisée classiquement. Des scientifiques de l’Université de Victoria, en Australie, ont modifié génétiquement des pommes de terre en insérant un gène de grenouille codant une protéine de la famille des dermaseptines, la (...)