Recherchez une information

ou par mot clé.



Inf'OGM Economie & Consommation

Inf'OGM le journal est un bimestriel de 32 pages qui vous informe sur l'actualité des OGM et des semences de façon critique et contextualisée.

Soutenez une information indépendante, abonnez-vous.

ANGOLA / SOUDAN - Refus d’aide alimentaire GM

Le gouvernement angolais a signifié au Programme Alimentaire Mondial (PAM) son refus de 19 000 tonnes d’aide alimentaire de maïs (sauf si le maïs était fourni sous forme de farine), en provenance des Etats-Unis. Cette décision a été prise en mars 2004 par le Conseil des Ministres angolais qui souhaite éviter tout risque de contamination de l’agriculture angolaise par du maïs transgénique. Pour M. Sackett, responsable du PAM aux Nations unies, “il est plus cher de fournir une aide alimentaire sous forme (...)

ROYAUME-UNI - Bayer retire son maïs

Bayer CropScience a annoncé sa décision de ne pas cultiver en Grande-Bretagne le maïs Chardon LL génétiquement modifié, tolérant à un herbicide. Bayer CropScience estime que les strictes conditions imposées par le gouvernement grèveraient la production de maïs transgénique pour trop longtemps, la rendant “économiquement non rentable”. La culture du Chardon LL qui avait été autorisée par Bruxelles en 1999 avait reçu le feu vert du gouvernement britannique le 9 mars dernier, sous strictes conditions. Le (...)

ETATS-UNIS - Commercialisation de blé transgénique ?

Monsanto souhaitait commercialiser simultanément son blé transgénique aux Etats-Unis et au Canada. Or, l’opposition au Canada est tellement importante que Monsanto a annoncé qu’il renonçait à commercialiser le blé OGM dans ce pays. Ainsi, Monsanto est actuellement en discussion avec l’industrie américaine du blé pour envisager une commercialisation dans ce seul pays. Cependant, trois syndicats de la filière blé américaine craignent une perte totale du marché du blé par les Etats-Unis si le Canada cultive (...)

ETATS-UNIS - Etude officielle sur le blé transgénique

Aux Etats-Unis, une étude publiée par le Ministère de l’Agriculture montre que les principaux pays importateurs de blé américain se tourneraient vers des pays ne cultivant aucun blé transgénique plutôt que d’acheter du blé américain, qu’il soit transgénique ou non. A la question de savoir si les pays pourraient continuer à acheter leur blé aux Etats-Unis, en cas de commercialisation de blé transgénique, seules les agences américaines du Pérou, Yémen, Sri Lanka et Pakistan ont répondu par l’affirmative ; 17, (...)