Recherchez une information

ou par mot clé.



Inf'OGM Actions citoyennes

Inf'OGM le journal est un bimestriel de 32 pages qui vous informe sur l'actualité des OGM et des semences de façon critique et contextualisée.

Soutenez une information indépendante, abonnez-vous.

UNION EUROPEENNE - La recherche en débat

Jusqu’à présent, la recherche européenne a promu les biotechnologies, les technologies de l’information, les nanotechnologies, le nucléaire, les puits de carbone, les navettes spatiales, les armes et, de façon minoritaire, les sciences humaines... L’Alliance des Organisations de la Société civile pour une Autre Recherche Européenne, alliance née lors du Forum Social Européen 2004, propose une pétition d’analyse critique du 7ème Programme Cadre Recherche et Développement (PCRD) de la Commission européenne, (...)

FRANCE - OGM et toxicologie, l’opacité demeure

Le 21 mars 2005, le CRII-GEN a présenté les résultats de l’étude réalisée sur des rats nourris avec du maïs OGM (MON 863) résistant à la chrysomèle, étude montrant plusieurs anomalies sur des rats, notamment au niveau des reins et du taux de globules rouges et blancs. L’EFSA, la CGB ou l’AFSSA, instances de contrôle, avaient cependant rendu un avis favorable. Le CRII-GEN demande au Ministère de l’Agriculture la communication de “tests de toxicité effectués sur des rats nourris pendant au moins 80 jours avec (...)

CANADA - OGM et faim dans le monde

Une délégation d’ONG canadiennes et de responsables agricoles ou politiques venus des quatre continents ont demandé au gouvernement canadien de revoir son utilisation des OGM comme outil de développement durable et ont exprimé leur inquiétude envers la promotion agressive par le Canada des OGM dans les pays en développement. “Les expériences de la présente délégation démontrent clairement que les [OGM] ne sont pas la solution à la pauvreté et à la faim ; en fait, elles peuvent même exacerber le (...)

FRANCE - Pas de procès collectif des faucheurs volontaires

Réexaminant la décision de novembre 2004 du tribunal correctionnel de Toulouse qui avait accepté d’entendre 222 faucheurs, l’avocat général Marc Gaubert a confirmé, le 17 mars, la position du parquet : ne faire comparaître que neuf prévenus. Les parties civiles (Pioneer et Syngenta, et le GEVES, groupe d’intérêt public sur les semences), plaidaient dans le sens du parquet. Pour la défense, “une personne qui fauche mille épis de maïs, ce n’est pas la même chose que mille personnes qui fauchent un épi”. (...)