Recherchez une information

ou par mot clé.



Inf'OGM n°134, mai / juin 2015

Inf'OGM le journal est un bimestriel de 32 pages qui vous informe sur l'actualité des OGM et des semences de façon critique et contextualisée.

Soutenez une information indépendante, abonnez-vous.

Semences en Amérique latine : vers une privatisation générale

L’Amérique latine produit près de 40% des cultures transgéniques mondiales (notamment « grâce » au Brésil et à l’Argentine), tout en interdisant, pour certains pays, comme l’Argentine, la brevetabilité des plantes entières. Depuis quelques années, le contexte législatif autour des semences est en pleine évolution. Après enquête, Inf’OGM n’a pu que constater que, là aussi, la privatisation est en marche, même si certains pays (Équateur, Venezuela...) commencent à organiser la résistance...
Les pays d’Amérique (...)

Science divisée : le politique doit écouter les citoyens

Les impacts sanitaires ou environnementaux des plantes génétiquement modifiées (PGM) sont un des sujets récurrents du débat qui dure depuis presque 20 ans. Malgré un fourmillement de publications scientifiques, débats ou avis publiés par des agences nationales d’expertises, la controverse scientifique reste de mise, et face à elle, le monde politique se doit de sortir ce débat du seul cénacle scientifique.
L’année 2014 commençait avec un avis du Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) qui relativisait la (...)

Pacifique : vers une meilleure information sur les OGM

Depuis plusieurs années, l’association STOP OGM Pacifique sensibilise les citoyens et élus du Pacifique à la question des OGM. Inf’OGM l’a interrogée sur ses principales actions et avancées obtenues. Entretien avec Claire Chauvet et Frédéric Guérin.
Inf’OGM : Depuis plusieurs mois, Stop OGM Pacifique travaille à l’élaboration d’une réglementation sur les OGM en Nouvelle-Calédonie. Où en est l’adoption de cette réglementation ?
STOP OGM Pacifique est née du constat du manque d’information en (...)

Un plaidoyer pour les semences paysannes

Phytogénéticien des plantes, R.A. Brac a choisi de consacrer sa vie professionnelle au service de la biodiversité cultivée, chemin qu’il explique en partie dans son avant-propos par l’influence d’un professeur de génétique, Jean Pernès, « exemplaire [sur la] co-évolution des plantes domestiquées avec les savoirs-faire des communautés paysannes ».
Co-fondateur d’Inf’OGM, dont il fut un très proche compagnon de route les premières années, R.A. Brac a déjà écrit de nombreux ouvrages sur le thème des OGM et des (...)